Dans le dernier TriMag, une petite page sur Lionele Baroux