A l’occasion du triathlon de Cannes, (109km 2500D+) Antoine Saison a opté pour le Gallium Pro, et il nous dit pourquoi. Découvrez son analyse comparative entre ces 2 best sellers Argon 18.

 

 

 

Argon 18 E-119 tri +

Avec le E-119 tri+, Argon 18 propose un vélo spécifique au triathlon qui ne correspondant pas aux normes UCI.
Tubes de cadre massifs, direction dans le prolongement du cadre, carénages au niveau des freins, tout y est afin de rendre le vélo le plus aérodynamique possible.
Même si le E-119 tri+ est particulièrement léger par rapport aux autres vélos de sa catégorie, et qu’il supporte parfaitement les dénivellations, il reste uçn vélo conçu pour les efforts solitaire de longue durée durant lesquels la vitesse sera le plus lissé possible. Comme tous les vélos de contre la montre, il est difficile de supporter les changements de rythme au pilotage de celui-ci.
Il permet cependant d’adopter un certain confort grâce aux nombreuses possibilités de réglages qui sont offertes tant au niveau du poste de pilotage que de la selle.

 

Argon 18 Gallium Pro

Le gallium pro apparait plutôt comme un vélo « passe partout ». Léger, rigide et réactif sont les mots qui pourront au mieux le qualifier. Il est le préféré des grimpeurs de l’équipe Astana. Pour les triathlètes, il pourra être utilisé sur tous types de parcours équipé de prolongateur. S’il montre ses limites sur les longs bouts droit par rapport à un vélo de contre la montre, il est un véritable allié dès que la route s’élève. Pour ma part, il est également celui qui m’a accompagné durant toutes les sorties hivernales. Le gallium Pro est donc un vélo très polyvalent qui ravira particulièrement les adeptes de la montagne.

 

Pourquoi le Gallium pro à Cannes ?

Le triathlon de Cannes est la course parfaite pour évaluer le travail réalisé l’hiver. Avec une moyenne de 16m de dénivelé au km, la partie cycliste est exigeante. Du km 11 au km 97 on ne rencontre pas un mètre de plat qui permette de laisser exprimer les pleines capacités de l’E119 tri+. Grosso modo, l’E119 sera efficace sur les 10 premiers et 10 derniers km du circuit, ce qui représente moins de 20% du parcours.
Le Gallium quant à lui, comme expliqué au-dessus, est un vélo léger et réactif. Avec une paire de prolongateur il permettra de perdre un minimum de temps sur la partie plate et sera plus efficace et confortable lorsque la route s’élèvera. En sachant qu’il reste la partie pédestre après le vélo, le gallium moins massif et donc moins compliqué à emmener dans les bosses permettra à vitesse égale une économie d’énergie non négligeable. Plus maniable, il permettra également d’être beaucoup plus à l’aise en descente et donc là encore de gagner en efficacité.
Autre point : bien souvent on tarde un peu à sortir le vélo de contre la montre, on attend les beaux jours. Au vu de l’hiver que l’on a pu avoir, je ne l’ai utilisé que pour quelques sorties de 60km tout au plus tandis que le gallium compte 3000km au compteur et il est évident que je suis plus à l’aise dessus.

En conclusion, l’E119 tri+ était efficace sur 20km du parcours. Le reste du temps le gallium est beaucoup plus confortable, maniable et efficace et est capable de faire le taf sur les 10 premiers et 10 derniers kms. Couplé à une paire de Vision Metron 50mm il est l’allié parfait pour réaliser une performance sur ce genre de parcours.